COLONEL ABDESLAM BOUZIANE (E/R)

 

O F F I C I E R  D U  R O I

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Paysages de la vie ...

APPEL du 14 Mai 1956

ECOLE de L'AIR - SALON DE PROVENCE

1er ESCADRON AERIEN  des FAR

Aviation des FAR (1960)

CREATION des < FRA > -1964

HISTORIQUE de L'AVIATION des FAR

DERNIERS AVIATEURS de la EA - 56

 ALGER < MAISON BLANCHE > Février 63

AMITIEE Souvent PERTURBEE Octobre 63

 

AVIATION des FAR - POST octobre 1963

DIPLOMATIE HASSANIENNE

DEVELOPEMENT  < FRA > VISION 1967

Ma MISSION aux USA - I

Ma MISSION aux USA - II

 

Mon Ami « MENAHIM »  (  MAROC )

 

Le 20 Août 1953

L'EDUCATION des JEUNES

Les ENFANTS des « MRE »

VENDREDI 13 NOVEMBRE 2015

La MARCHE VERTE - 1975

BEFRA / ERA - MARRAKECH

FORMATION du PERSONNEL < FRA >

 Du < SOCIAL >  à la BEFRA

PROMOTION des AVIATEURS de la EA/56

IL Etait Une Fois Sa Majesté HASSAN II

ANALYSE de TOUTE une < VIE >

FAMILLE < BOUZIANE >

 

TANGER INTERNATIONALE

 

The RABAT AMERICAN SCHOOL 

 

-----------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                     

OFFICIER du ROI

 

bouziane

 

Par le Colonel Abdeslam  BOUZIANE

Officier Retraité des Forces Royales Air.

 

 

             

          Tanger , 30 Juin  1956 :

 

               Ce matin là je me suis levé plus tôt que de coutume.

               A  06 . 30 heures  , j’étais déjà lavé, rasé et habillé .

               j’avais mis mon costume beige en alpaga , avec une cravate en soie marron uni . 

               Mes souliers en daim avaient une semelle de crêpe .

 

                    Je partais en voyage .

 

               Ma valise , faite la veille , gardait un costume de rechange , gris , une ou deux chemises ,

              un « pull » en cachemire léger , des sous vêtements signés , des chaussettes , des mouchoirs

              et des effets de toilette :  Le nécessaire pour une absence de quelques jours .

 

            Ma voiture , une  Simca  Aronde  55 , pratiquement « neuve » ,

              Un tableau de bord que l’on dirait presque en « acajou »  .

              Un  tableau  de  bord de « Jaguar » .

 

                                                                                                     Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\photos12.jpg

                                                                                        Simca Aronde  55

 

                

              Je l’avais payée , cette voiture toute neuve , avec mon  Traitement  « d’Instituteur du Cadre Général » ,

              alors que j’étais affecté à l’ Ecole Primaire « Franco-Musulmane » de Tétouan , dans le Nord du Maroc .

 

 

                  Bachelier « Math-Elem » ,  Collège Moulay Youssef à Rabat (Bac.  1ére Partie) 

            Lycée Saint-Aulaire à Tanger (Bac 2ème Partie) ,

              Diplômé de l’École Normale de Aïn-Sebaa à Casablanca ,

 

              je touchais  , en fonction    du Taux de Change du jour , entre :

 

             « Onze Mille et Douze Mille Pesetas par Mois » .

 

          C’était beaucoup d’Argent pour l’époque .

 

 

 

 

 

               Je partais pour Rabat :

 

                 Ce voyage ,Tanger- Rabat , ou même Tétouan - Rabat ,

              je l’avais fait  bien souvent au cours de ma jeunesse , en qualité d’ ETUDIANT  INTERNE au Collège Moulay Youssef ,

              et plus tard , en qualité d’ INSTITUTEUR  du Cadre Général à TETOUAN , dans le Nord du MAROC .

 

                Je me souviens très bien de « ces voyages » qui se déroulaient toujours de la « même manière » :

             « Votre Passeport ! »

 

            C’était mon « Laisser - Passer » .  Et je devais le sortir , le présenter , le montrer ,

            l’exhiber devant chaque  Officier des Douanes ou de Police , que ce soit :

 

          A la Sortie ou à la Rentrée de la Zone Internationale de Tanger,

          A la Sortie ou à la Rentrée de la Zone Espagnole ,

              A la Sortie ou à la Rentrée de la Zone Française .

 

          Et pendant Tout ce Temps là je N’avais Pas Quitté « mon PAYS » .

 

 

 

       Interne au Collège  Moulay Youssef ,

 

          En classes de 3ème  , 2ème et 1ère , mes Trois Glorieuses Années  d’étudiant ,

          je suis revenu à Tanger , à chaque vacances scolaires ,  le plus souvent par train , en wagon de 3ème classe  .

        Cela supposait une endurance extrême et une patience , qui , à notre âge , nous faisait grandement Défaut .

          Il faut spécifier que cela se passait dans les Années 47 ,48 et 49 .

 

 

 

 

      L’Année 1947 était pour nous ,  Jeunes TANGEROIS ,

 

           Elèves du Collège Moulay Youssef , une année de joie , de bonheur .

         C’était aussi l’Année d’une Immense Espérance .

 

        C’était l’Année où S.M. Le SULTAN SIDI MOHAMMED BEN  YOUSSEF , 

         Feu S.M. le ROI  MOHAMMED V , 

         avait  décidé  de Braver tous les Obstacles  présentés par les autorités du « Protectorat Français » 

         pour s’opposer à son Voyage Symbolique et Unificateur du PAYS ,

         et l’empêcher de  se Rendre  , par « TRAIN » , de RABAT à TANGER ,

         et de  Déclarer au « MONDE entier » , que le MAROC est « UN »  et  « INDIVISIBLE » .  

 

 

Feu S

  

 

 

              S.A.R. le Prince Moulay EL HASSAN ,

                vêtu de l’Uniforme des « Scouts  HASSANIS » , parla  à la Jeunesse Tangéroise

                en  « CHEF » capable de conduire ses « Troupes » vers la Réussite et la Gloire .

 

 

   Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\9_AVRIL_1947.jpg

SAR Le Prince Moulay EL HASSAN

Au Centre avec les Notables Tangérois en 1947

 

 

             S.A.R. la Princesse LALLA  AICHA ,

                        Vêtue d’une merveilleuse « Robe Blanche »  , la tête recouverte d’un très léger « Voile » en dentelle de soie blanche ,

                    encouragea la FEMME Marocaine à la suivre sur le Chemin de la Culture et de la Modernité .  

 

 

Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\SAR_La_Princesse_Lalla_AICHA.JPG

 

  SAR La Princesse Lalla AICHA

 

 

                                                                                                                                 

                 Nous sommes le « 09 AVRIL  1947 » , une date Mémorable  pour TOUS les MAROCAINS .

 

 

                  Quelques Années plus tard , et nous sommes au début des années  50 :

                   Instituteur Renommé , à bord de ma Première Voiture  Personnelle Neuve , une  Austin  A – 30 ,

                   j’avais fait  une ou deux fois , ce même trajet , pour aller rendre visite à mon Oncle maternel à Rabat .

 

                  Si la durée du voyage avait été moins longue ,

                  les Etapes de Contrôle  et de Vérification d’Identité n’avaient absolument pas changé :

 

                 « Le Maroc  était toujours divisé en  Trois Zones d’Occupation

                 « Sous  Protectorat  et  Contrôle  Étrangers  .

 

 

                  Au cours d’un de mes voyages à  Rabat , en « Austin  A- 30 » ,

                  j’arrive , tard le soir , à l’entrée de la Ville de SALE .

                  Nous étions au mois  d’ AOUT  de l’Année  1953 .

 

                Un  Gendarme  Français , motorisé , m’arrête :  

                  « Vos papiers s’il vous plait ! »

 

                 Je les lui présente .

                  « Votre code gauche ne marche pas .

                  «  C’est un Danger pour les véhicules  qui viennent  en face .

 

                  Je Descends  de la voiture et constate qu’effectivement mon code gauche ,

                   l’ampoule du code gauche , avait du griller en chemin , sans que je m’en  aperçoive .

 

          

Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\photos13.jpg

Austin A 30

 

 

               Je fais alors remarquer au Gendarme :  

 

              « Les Veilleuses fixées sur chacune des ailes avant du véhicule  marchent

             « et de ce fait je ne vois pas où est le Danger .

 

              Le Gendarme  sort un « calepin » de sa sacoche , choisit une page et me déclare :

             « Vous avez une amende de 4.000 francs (Centimes) que vous devez  payer sur le champs

             « Sinon vous serez convoqué au Tribunal de 1ère  Instance  de Rabat ,

           « et ça risque d’être plus  grave .

 

             J’avais choisi le « Tribunal » de 1ère  Instance de Rabat .

 

 

 

             Quand j’arrive chez mon Oncle Abdelkrim à Rabat ,

               Toute la Famille était « en Pleures » :

 

             Hbabi pleurait , la belle- mère de mon Oncle ,

             Ghzali pleurait , l’épouse de mon Oncle

             Dada  M’Birika et Dada Messaouda  pleuraient .

 

            Les deux « Esclaves Noires » , Achetées et Libérées  , voilà des Siècles , par Sidi Abdellah El Fellous ,

            le mari de Hbabi  ( Lalla Fatima El Irissi )  et le père de Ghzali ( Lalla Amina del Fellous ) ,

            Dada M’BIRIKA & Dada MESSOUDA étaient devenues l’Ossature de la Famille de mon Oncle Abdelkrim .

 

 

            Que s’était-il donc passé ?

 

                     Au cours de mon voyage  Tétouan- Rabat , je ne m’étais pratiquement pas arrêté sur la route ,

                  Sauf pour les opérations de Douane et de Police .

                  En dehors du Gendarme motorisé Français  à l’entrée de Salé , je n’avais parlé à personne .

                  Et là , chez mon Oncle Abdelkrim Abdelghafour Semoune , je  trouve  le « Drame » .

 

                     Et effectivement , ce jour là ,  « 20 AOUT 1953 » ,

             un DRAME  avait eu lieu  au MAROC :

 

                « Le  SULTAN SIDI MOHAMMED BEN YOUSSEF  avait été Détrôné par les Français ,

                «  par le Résident Général de la France au MAROC , le Général  GUILLAUME ,

                « et Envoyé en EXIL hors du Pays .

 

 

  Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\new2.jpg

      Le Général Guillaume ,

    Résidant Général de la France au Maroc

 

 

 

                   « Toute la Famille Royale avait été forcée de le suivre

                 «  et de monter dans un Avion de l’Armée de l’Air Française ,

                 «  un DC 3 / C – 47 militaire , et de partir vers une Destination longtemps tenue Secrète . 

 

 

                 « Après un court séjours en Corse , 

                 « Le Sultan SIDI MOHAMMED BEN YOUSSEF et toute sa Famille 

                «  sont Transférés  à ANTANANARIVE , dans l’Ile de  MADAGASCAR ,

                « où leur EXIL  durera plus de DEUX LONGUES ANNEES . 

 

 

   

               Pendant ces tristes années , au MAROC ,

 

              se multiplieront les Actions Nationalistes à l’encontre des Autorités du Protectorat

              et des Marocains Associés à ces mêmes autorités .

          Ces Marocains « là » on les qualifiera de «  COLLABORATEURS » .  

 

            Les Actions de « Résistance »  des Nationalistes

            Rentreront dans ce que l’on appellera plus tard :

 

                     «  La RÉSISTANCE du PEUPLE et du ROI »

 

 

 

 

                  Une quinzaine de jours

 

                   Après mon retour à Tétouane en AUSTIN  A - 30 ,

                   je reçois une Convocation du Tribunal de Première Instance de RABAT ,

                   relative à ma Contravention de code de voiture grillé , en date du  20 AOUT 1953 .

 

 

                  J’en parle à mon Père .

 

                  Mon père , Abderrahman  BOUZIANE ,  Fonctionnaire au Tribunal Mixte de la ville du TANGER , me dit :

 

                 « Ecris  au Président du Tribunal de 1ère Instance de Rabat une Lettre , juste et précise ,

                 « expliquant que ta Voiture , même la nuit , ne constituait pas un DANGER PUBLIC .

                 « Joints une Photo de la Voiture et puis voyons venir . »

 

                  J’ai écrit la lettre et je l’ai Envoyée à Rabat , par la « Poste » , en Recommandé .

 

 

                     Un certain temps après mon envoi ,

                  je reçois une Lettre Officielle du Tribunal de Rabat ,

               Annulant ma « Contravention » d’un montant de 4.000 Francs (Centimes)

                  et ne retenant qu’une Charge de 400 Francs (Centimes) devant couvrir les Frais Administratifs et de Postage ,

                  ce dont je me suis d’ailleurs acquitté sur le champs .

 

 

 

                  Sous le Protectorat Français , « TOUT » nous était INTERDIT dans le domaine « POLITIQUE » 

                  Dans le domaine « SOCIAL » , une « CERTAINE JUSTICE »

                  était Appliquée à Beaucoup de Marocains d’une Façon à peu près Égalitaire.

 

 

 

                Je place dans le social  le mot  « EDUCATION »

             A l’époque on préférait parler de « INSTRUCTION »  

 

         

                   Et effectivement « la  France »  avait instauré au MAROC un  « Système d’Instruction Publique » ,

              « Généralisé » pour les Ressortissants Français

                   « Sélectif »  pour un nombre important de Jeunes Marocains .

 

                  Il y avait les Lycées Français qui préparaient au  « BAC » complet .

                  Il y avait les Collèges Marocains qui préparaient à la 1ère Partie du « BAC » seulement :

                  C’était le cas du Collège Moulay Youssef à Rabat.

 

                  Le jeune Marocain  qui souhaitait poursuivre des études plus  « Approfondies »

                  Devait impérativement s’ inscrire dans un « Lycée Français » .

 

                   C’était là une « Façon Élégante » de Freiner les jeunes Marocains

                   dans leur « Elan » vers l’accession  à des Etudes Supérieures

                   et à l’acquisition avancée de la Science moderne et de la Connaissance de l’Homme .

 

 

                            Ma « 2ème Partie » du Baccalauréat Math-Elem , je l’ai passée au :

                                        « Lycée Saint-Aulaire » Français de Tanger »

 

                                                      Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\BAC._Math_-_Elem.jpg

 

                                                        Attestation du BAC  Math. Elem.

 

 

 

                          Que dire des  PROFESSEURS FRANÇAIS  que j’ai eu ,

                      aussi bien à « MOULAY YOUSSEF » qu’à « SAINT-AULAIRE » ?

 

                     Que dire de ces HOMMES

                     que la France avait choisis , « un par un » , et qui avaient pour Mission

                     de « Transmettre » aux Jeunes Marocains que nous étions ,

                  l’Amour de la « Langue Française » , sa Compréhension et sa Maîtrise .

 

 

                 A des Hommes comme :

 

                    -        François GOTTELAND , Professeur Agrégé de Français      

                   -         PARIAUD , Professeur Agrégé de Mathématiques

                   -         LANET , Professeur Agrégé de Physique-Chimie

                   -         Et bien d’Autres encore …

 

                  Je  renouvelle « ICI » , par delà les Années ,

                   toute ma « GRATITUDE » , pour ce qu’ILS ont fait de MOI ;

 

                   Une partie du « SAVOIR » , qui  imprègne  encore  mon AME  ,  Je la leur DOITS  .

 

 

 

                     François GOTTELAND

 

 

                 Enseignait le Français au :

 

 

                   « COLLEGE IMPERIAL » & « COLLEGE MOULAY YOUSSEF »

 

                        E n Classes de 2nd et de 1ère .

 

                   Nous sommes en 1948 et 1949 .

 

                    Un Elève « Très Spécial Elève » au Collège Impérial , en Classe de SECONDE :

 

                             « Le Prince Héritier MOULAY  EL HASSAN . »

 

 

 

                     Mes Camarades  de Promotion de Moulay Youssef et « moi-même » ,

                 Nous avons eu l’Honneur et le Privilège , grâce à Monsieur GOTTELAND ,

                 de suivre des cours de Français , « En SYMBIOSE » avec le PRINCE HERITIER DU MAROC ,

                 pendant deux années scolaires consécutives : 1948 et 1949 .

 

 

                     Le Prince MOULAY EL HASSAN

                 était un élève d’une « Intelligence » exceptionnelle et d’une « Mémoire » incroyable .

 

                  Au fil des années , NOUS  ( moi et mes camarades de classe )

                 avions appris à Comprendre et à Aimer Moulay El Hassan ,

                 à travers ses ECRITS , ses DISSERTAIONS , ses ANALYSES de TEXTES …,

 

                 Car le Professeur que nous avions en commun , Monsieur François GOTTELAND ,

                 nous Apportait les Ecrits Originaux du Prince Héritier .

 

                Il nous les LISAIT et nous les COMMENTAIT :

                C’était comme si Moulay El Hassan , qui à l’époque , avait notre âge ,

                Venait LUI-MEME nous faire le COURS de FRANÇAIS à « Moulay Youssef » .

 

 

 

 

          Le 29 JUIN 1948 était la PREMIERE de notre Pièce Théâtrale .

    « LES FOURBERIES DE SCAPIN »   de MOLIERE .

 

         Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\1ph.jpg    

 

 

Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\bal1.jpg    

Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\bal2.jpg

 

 

 

                    Un Invité de « CHOIX » au Premier Rang des Spectateurs :

 

                   Le Prince Héritier Moulay EL HASSAN

                   et toute la Classe de Seconde du « COLLEGE  IMPERIAL » .

 

 

               Un Grand Succès .

 

                   Des Applaudissements et des Félicitations .

                   Le Metteur en Scène était Mr. François GOTTELAND .

 

 

                   Les COMEDIENS :

 

                   Les Elèves de la Classe de « Seconde » de Moulay Youssef .

              « Abdeslam BOUZIANE » Interprétait le Rôle « d’ARGANTE »  ,

                   Père de : OCTAVE & ZERBINETTE .

             

                                                                                                            

             

 

 

 L’ ETE  1949 , ce sont les EXAMENS du BACCALAUREAT .

   

                                                           BAC  Série MODERNE  1ère Partie .

 

                                                                                                                        Les Résultats de l’Ecrit sont extraordinaires :

              100 % de Réussite !

 

                       A l’Oral , un camarade sera obligé de Repasser devant un Nouveau Juré en Octobre : Il sera reçu et aura son BAC .

 

 

                

              « TELLE » Etait l’ INSTRUCTION PUBLIQUE

                  Des  ANNEES  « 40 »  et  « 50 » :

 

 

                     Les Quelques MAROCAINS qui avaient eu la Chance d’y Accéder étaient GAGNANTS ,

                    Pour eux- mêmes et pour leur PAYS .

                    A eux de « TRANSMETTRE » le SAVOIR et la CONNAISSANCE à leurs Frères et Sœurs :

 

                                                   Le MAROC en sortira GRANDI . 

 

 

                                                      

 

             Mais revenons à notre VOYAGE du 30 JUIN 1956 :

 

                 Je roule en Simca Aronde 55 sur la route Tanger-Rabat et j’approche de la Capitale ,

                 la Capitale de mon PAYS , Nouvellement INDEPENDANT .

 

                Je sais que Ce Voyage va certainement « CHANGER ma VIE » .

                Je sais aussi que « Demain » , dans la « Nouvelle Education Nationale »

                de ce Nouveau Vieux Pays qui est le MIEN ,  avec un peu de Patience et de Réflexion ,

                 je pouvais  m’assurer une « Place au Soleil » très Honorable .

 

                 Mais ce jour là , j’avais décidé de « PARTIR » vers l’inconnu ,

                 avec la CERTITUDE de BIEN FAIRE , avec la CERTITUDE de MIEUX SERVIR ,

                 avec l’ASSURANCE d’être plus « UTILE à mon PAYS » .

 

 

 

               J’arrive à Rabat vers 13.00 heures de l’après-midi

                  et je parque ma voiture devant l’hôtel TERMINUS :

                  Nous sommes en plein Centre Ville , « Avenue Mohammed V »  .

 

                  A gauche il y a la Gare de Rabat-Ville et à droite , en haut de l’Avenue , il y a la Grande Mosquée de Rabat ( Sounna)

                  et juste à côté , le « COLLEGE MOULAY YOUSSEF » ,

                  mon LIEU de RENDEZ-VOUS , demain , Ier JUILLET 1956 .

 

              PIERRE , le patron du TERMINUS , un sportif , très sympathique , me dit : 

                « Monsieur Bouziane , ce soir pour dîner , je vous recommande le MEROU ,

               «  je l’ai pêché moi-même , hier dimanche à Moulay Bouselhame , au Harpon . »

 

 

 

               Le Mérou de Pierre était Délicieux ,

 

                 Mais il y avait l’APPEL de « S.M.  Le Roi MOHAMMED V »  du 14 MAI , de cette même Année 1956 ,

                 il y avait ce « MAROC NOUVEAU » à Reconstruire ,

                 il y avait Tellement de CHOSES à faire , à Créer de toutes pièces ,

                 il y avait surtout des « HOMMES » à Former, à Eduquer, à GUIDER .

                 Il y avait une TACHE EXTRAORDINAIRE qui demandait la PARTICIPTION de TOUT UN CHACUN .

             Il fallait que j’y AILLE .

 

 

 

 

             Le lendemain matin , 1er JUILLET 1956 ,

 

                  je m’assure que ma SIMCA Aronde 55 est bien fermée ,

                  je dis à mon ami Pierre que je m’absentais pour quelques jours ,

                  mais que je gardais ma chambre à l’Hôtel et que je reviendrai très bientôt .

 

                  Muni d’un nécessaire de toilette réduit , de quelques sous-vêtements et d’ un pyjama ,

                  je me Dirige  , « à Pieds » , vers le COLLEGE MOULAY YOUSSEF :  

 

 

 

            JUILLET 1949 ---- JUILLET 1956 : 

             « SEPT » Années  s’étaient écoulées depuis mon 1er BAC à MOULAY YOUSSEF ,

 

                  Mais cette « Vieille et Superbe Battisse » n’avait absolument pas Bougé .  

 

Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\Lycee_52.jpg

Le COLLEGE MOULAY YOUSSEF de RABAT

 

 

                         Les deux Portails successifs  , en grillage métallique , sont toujours là ,

                      La CLOCHE , que seul le vieux gardien BA MELLOUK  était habilité à manœuvrer

                      pour annoncer les Débuts et Fins de Récréation , n’avait pas changé de place ,

                      et  l’ architecture marocaine du COLLEGE de Monsieur GOTTELAND 

                      me rappela ces vers de LAMARTINE :

 

                            « Objets inanimés avez-vous donc une âme

                                       « Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? 

 

 

 

                      Mais ce lundi 1er Juillet 1956 , ma VIE toute Entière « Allait BASCULER » .

 

                  Je n’étais pas revenu à Moulay Youssef , ce lundi là , pour admirer l’Architecture du Collège ,

                  ou pour m’imprégner de l’Excellent Savoir qu’on y dispensait ,

                  ou pour attester de la « foi » que les Professeurs avaient en leur « métier » ,

                  ou pour enfin clamer haut et fort la « fraternité »

                  que les « élèves internes de Moulay Youssef » témoignaient les uns pour les autres.

 

                  Non , il n’y avait rien de tout cela .

 

 

            En fait j’étais revenu à Moulay Youssef :

 

               pour mettre une « CROIX » , à titre Définitif, sur « CINQ ANNÉES et DEMIE » de ma VIE de JEUNE INSTITUTEUR  ,

               Bachelier Math-Elem , Diplômé de l’École Normale de Aïn Sebaa à Casablanca ,  Classé « Cadre Général »

              et Recommandé  parmi les « Meilleurs » .

 

 

              J’étais venu  à Moulay Youssef pour en FINIR  avec un ENSEIGNEMENT

              dont « l’AVENIR » ne correspondait plus à ma « VISION » de Vrai Professionnel de l’Éducation ,

              à un Enseignement que les « Nouvelles Sommités » à Rabat voulaient « ARABISER »

           « sur le Champs »  et sans aucun « Planning » ou  « Préparation » ,

              maintenant que Nous sommes INDEPENDANTS, disaient-Ils .  

 

 

 

                   J’étais venu à Moulay Youssef , ce 1er Juillet 1956 ,

                   pour Répondre à l’Appel de Mon ROI , S.M. MOHAMMED V ,

                   et intégrer les « FORCES ARMÉES ROYALES » Marocaines  .

 

 

                   J’étais venu « AIDER » mon ROI à construire une ARMÉE NATIONALE ,

                   Digne de ce MAROC Nouveau , Fier et Fort .

                   Un Maroc Moderne où mes « MATHÉMATIQUES » à moi  serviraient , à n’en pas Douter ,

                  A quelque chose de plus POSITIF et de plus CONSTRUCTIF .

 

 

 

                   Pendant la Première Semaine du mois de Juillet 1956 ,

                   le Collège Moulay Youssef de Rabat était devenu le « Principal Centre de Recrutement »

                   des « Futures Officiers des FAR » pour la Zone Sud du Maroc .

 

                   TETOUAN recevra les CANDIDATS de la Zone Nord

 

 

                 J’étais donc venu à RABAT pour m’ENGAGER

                  Dans l’Armée Royale , en qualité d’ ÉLÈVE OFFICIER PILOTE ,

                   Pour suivre une Formation Universitaire en Aéronautique à l’École de l’Air , en France ,

                  Suivie d’une Spécialisation Professionnelle de PILOTE Bimoteurs à AVORD , près de Bourges ,

                  et enfin une Qualification de PILOTE de Transport à Toulouse .  

 

 

                                          Élève officier Abdeslam   Bouziane

 

 

Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\Livret_Individuel.jpg

 

Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\Engagement_dans_les_FAR_1er_Juillet_1956.jpg

 

Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\Ecole_de_lAir_SALON_1956.jpg

                   

 

 

 

                 TOUT se déroulera comme PROGRAMME  .

 

                      J’ai même pu Rentrer Définitivement au Pays en AVRIL 1960 ,

                      Qualifié « PILOTE de TRANSPORT » et portant le Grade de « LIEUTENANT » à deux Gallons :  

 

                      Tout cela je l’ai fait , pour la Gloire de ma « FAMILLE » ,

                       Et pour l’Amour de mon « PAYS » et de mon « ROI »  .

 

                           J’ai passé « QUARANTE ANNEES » de ma VIE  dans l’ARMEE ROYALE ,

                    au « Service » de mon Pays et aux « Ordres » de mon ROI .   

 

 

Le « Baiser de Main » …

 

 

 Baiser la Main de « MOHAMMED V »

Fut un « Honneur » ,

une Faveur « Quasi – Divine »  !

 

 

 

                                  « OFFICIER du ROI »       

        

 

Accueil