COLONEL ABDESLAM BOUZIANE (E/R)

 

O F F I C I E R  D U  R O I

 

 

 

 

Prince & Pilote d’Avion

 

Officier du Roi

 

Ecole de l'Air (1956)

 

1er Escadron Aérien des FAR

 

Aviation des FAR (1960)

 

Historique de l’AVIATION des FAR

 

Les Derniers  AVIATEURS EA 56

 

ALGER(Maison Blanche)

 

 ALGER : Amitié Perturbée

 

Aviation FAR post Oct 63

 

Forces Royales Air

 

Diplomatie

 

Développement FRA

 

Ma mission aux USA - I

 

Ma mission aux USA - II

 

Le 20 Août 1953

 

L'EDUCATION DES JEUNES

 

Marche Verte

 

BEFRA/ERA

 

 Du SOCIAL  à la BEFRA

 

Formation personnel FRA

 

Promo Aviateurs EA-56

 

A Mes Amis « AVIATEURS »

 

Famille Bouziane

VENDREDI 13 NOVEMBRE 2015

 

Une Certaine Lecture du CORAN

 

 

 

 

CV EN IMAGES

ANALYSE de toute une VIE

 

Mon Ami « MENAHIM »

 

TANGER  « Inter. »

-----------------------------------

- IL ETAIT UNE FOIS …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le 20 AOÛT 1953

 

 

 

 

A mes Deux Filles Bien Aimées :

 

 

Pour Moi ,

 

Abdeslam BOUZIANE ,

 

 

 

 

Votre « PERE » , Aujourd’hui ,

 

 

 

 

Pour Moi ,

 

Le Colonel ( E/R )  Abdeslam BOUZIANE ,

 

 

Ancien Officier PILOTE sur Avion C – 130 H des FRA ,

 

Pendant les Années 1975 ,

 

Et la Récupération du « SAHARA MAROCAIN » ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Année « 1953 » ,

 

 

 

 

Aura Eté , Initialement ,

et à Titre tout à fait Personnel ,

 

Une Année de Nombreux Achèvements

 

« CULTURELS » :

 

 

Je Venais d’Obtenir Mon BAC / Math – Elem .

Au Lycée Saint – Aulaire de TANGER en 1950 ,

 

Je Venais d’Etre Affecté à l’ECOLE Primaire de TETOUAN ,

En Qualié d’« INSTITUTEUR SUPPLEANT » - 1950 ,

 

Je Venais de « REUSSIR » au « CONCOURS »

d’Entrée à l’ « ECOLE NORMALE »

De AÏN SEBAA à CASABLANCA .

 

Année Académique ( 1952 / 1953 ) .

 

Première PROMOTION :  «  30 » Elèves BACHELIERS ,

« 28 » Français » et « 2 » Marocains .

 

Le Directeur Avait pour Nom « Mr. FLAMAND » .

 

 

 

 

 

 

   ÉCOLE  NORMALE  DE  AÏN – SEBAA  

   Directeur :  Mr. FLAMAND

 

   Conditions d’Admission :   BAC. + Concours 

Effectif Elèves :    28 Français  + 2 Marocains

 

Abdeslam BOUZIANE ( TANGER )

Mohammed HANNIOUI ( EL JADIDA )

 

 

Certificat d’Aptitude Pédagogique

( Degré Normal )

 

 

 

 

Classement dans le Cadre Général & Officiel

De l’Instruction Publique

 

 « MAROCAINE » .

 

 

 

 

     

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

Une Fois  « DIPLÔMES » de l’Ecole Normale ,

 

Tous les «  Elèves – Instituteurs »

de Aïn Sebaa

 

 

Se Devaient d’ Intégrer la Mise en Œuvre

 

 à « AÏKHERZOUZA »

 

D’une « COLONIE de VACANCES » ,

 

 

Pour Jeunes ELEVES MAROCAINS ,

Et ce , Pour une PERIODE de « VINGT et UN JOURS » :

 

 

 

 

 

Il y avait en Tout  « TROIS » Périodes ,

A des DATES qui se Suivaient à Partir de la « Mi – Juin » .

 

 

 

 

 

 

Abdeslam BOUZIANE

Décida d’Intégrer les « Trois PERIODES »

 

Et de ne Quitter « AÏN KHERZOUZA » ,

Et les Merveilleuses Montagnes de l’ATLAS ,

Qu’à la Fin de l’ Eté et des Colonies de Vacances .  

 

 

 

 

 

 

Voiture Personnelle Neuve  :  AUSTIN – A 30

Achetée à « Crédit » à TANGER .

 

 

 

 

 

Un Jour, en Milieu d’ Après – Midi ,

du Mois d’AOÛT 1953 ,

 

 

Abdeslam BOUZIANE ,

 

Instituteur du Cadre Général

 de « l’INSTRUCTION PUBLIQUE » Marocaine ,

 

 

Décida de Prendre la Route ,

En « AUSTIN – A 30 » ,

 

Et de Passer quelques Jours à « RABAT » ,

Où son Oncle Maternel Habitait ,

 

Avant de Rejoindre son Poste d’Affectation

« TETOUAN » .

 

 

 

 

 

Tard le Soir .  Déjà la « Pénombre » ,

 

A Hauteur de l’Entrée de la Ville de « SALE » ,

 

 

 

 

Un « MOTARD FRANCAIS »

 

Me Fait Signe de m’Arrêter :

 

 

Votre « Code Gauche » ne Marche Pas !

 

Contravention :  4.000 Cts , à Payer sur Place ,

 

Sinon , c’est le TRIBUNAL de 1ère Instance à RABAT .

 

 

 

Je Choisis le « TRIBUNAL »  :

 

Les « VEILLEUSES » de ma Voiture MARCHAIENT .

 

 

 

 

 

Quand j’arrive Chez mon Oncle

 à RABAT ,

 

 

C’est la NUIT , et Tout le MONDE «  PLEURAIT » :

 

 

Je Ne COMPRENAIS « RIEN » .

 

 

 

 

 

Hbabi Pleurait , la belle- mère de mon Oncle ,

Ghzali Pleurait , l’épouse de mon Oncle

Dada  M’Birika et Dada Messaouda  Pleuraient ,

 

Les deux « Esclaves Noires » ,

 Achetées et Libérées  , Voilà des Siècles ,

 

Par “ Sidi Abdellah El Fellous ” ,

 

Le Mari de Hbabi  ( Lalla Fatima El Irissi )

 et le Père de Ghzali ( Lalla Amina del Fellous ) .

 

 

 

Dada M’BIRIKA & Dada MESSOUDA

Etaient Devenues l’Ossature et les Gestionnaires

de la Famille de mon Oncle Abdelkrim .

 

 

 

 

AUJOURD’HUI Même ,

20 AOÛT 1953 :

 

 

Un « DRAME » 

Avait eu Lieu  au MAROC :

 

 

Sa Majesté Le SULTAN Sidi  MOHAMMED BEN YOUSSEF

 

Venait d’être RELEVE de « Son TRÔNE »

Par les  Autorités du « PROTECTORAT » Fraçais .

 

 

Le  SULTAN SIDI MOHAMMED BEN YOUSSEF

 

Avait été Détrôné par les Français ,

  Par le Résident Général de la France au MAROC ,

 

« Le Général GUILLAUME » ,

 

« Et Envoyé en EXIL , Hors du Pays ,

Avec Tous les Membres de la FAMILLE Royale.

 

 

  Description : D:\Users\bouzianeweb\colonelbouziane.com\images\new2.jpg

 

      Le Général Guillaume ,

    Résidant Général de la France au Maroc

 

 

 

 

 

 

 

La FAMILLE ROYALE :

 

Journée du « 20 AOÛT 1953 »

 

 

 

 

 Cette Journée du « 20 AOÛT 1953 »

 

A été une JOUNEE de « DEUIL »

 pour Tous les MAROCAINS .

 

 

 

 

Mon Oncle ABDELKRIM » Explique :

 

Cette Journée de « DEUIL NATIONAL »

Donnera Naissance à une « REVOLUTION »

Qui Portera le Nom de :

 

 

 

« La REVOLUTION du PEUPLE & du ROI » 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Toute la Famille Royale »

 

Avait été Forcée de Suivre

 

 S.M. Le Sultan Sidi MOHAMMD BEN YOUSSEF

 

Et de Monter dans un Avion de l’Armée de l’Air Française ,  

 Un DC 3 / C – 47 Militaire ,

Qui les Conduira Vers une Destination

 

Longtemps Tenue Secrète .

 

 

 

 

 Après un Court Séjours en Corse ,

 

 Le Sultan SIDI MOHAMMED BEN YOUSSEF

Et toute sa Famille sont Transférés

 

 à « ANTANANARIVE » ,

Dans l’Ile de  MADAGASCAR,

 

 Où Leur EXIL  Durera

 Plus de « Deux Longues Années » .

 

 

 

 

Pendant ces tristes Années ,

 

Au MAROC , Se Multiplieront

 Les « Actions Nationalistes »

A l’Encontre des Autorités du PROTECTORAT ,

 

Et des Marocains Associés à ces Mêmes Autorités .

Ces Marocains « là » , on les Qualifiera de

«  COLLABORATEURS » .

 

 

 

 

Les Actions de « Résistance »

des « Nationalistes » Porteront le NOM :

 

« La REVOLUTION du PEUPLE

« et du ROI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De Retour à TANGER ,

 

 

 

 

 

 

 

 

Je Rends Compte à mon PERE ,

Fonctionnaire Intégre

Au TRIBUNAL MIXTE de la ZONE de PANGER ,

 

De l’incident avec un Motard Français

Le Soir Tard à l’Entrée de SALE,

Le 20 AOÛT 1953 .

 

 

Je n’ai pas Voulu  PAYER la Contravention

 sur « PLACE »  :

 

Je Serai Donc Convoqué

 

 Par le TRIBUNAL

De 1ére INSTANCE de RABAT ,

 

Très Bientôt .

 

 

 

 

Mon PERE me Dit :

 

 

Ecris une « LETTRE PERSONNELLE » ,

Au PRESIDENT du Tribunal,

 

Expliquant Justement les FAITS ,

Et Envoie une PHOTO de l’AUSTIN – A30 .

 

 

 

 

 

 

 

J’envoie, à Partir de TANGER ,

 

Mon « DOSSIER » , par Poste Recommandée 

Au Tribunal de 1ére Instance à RABAT .

 

 

 

QUINZE Jours plus Tard ,

Une LETTRE de RABAT .

 

 

 

 

Expéditeur !

 

Le  « TRIBUNAL »

de 1ére Instance de RABAT :

 

 

Contravention ANNULEE .

 

Payement de « 400 Centimes »

 pour Frais de TIMBRE .

 

 

 

 

Sous le Protectorat Français ,

 

« TOUT » Nous Etait « INTERDIT »

Dans le Domaine « POLITIQUE » .

 

 

Dans le Domaine « SOCIAL » ,

Une « CERTAINE JUSTICE » était Appliquée ,

 

A l’ Egard de Beaucoup de Marocains ,

 D’une Façon à peu près Égalitaire.

 

 

Je Place dans le Social  le Mot  « EDUCATION » .

A l’époque on Préférait Parler de « INSTRUCTION » .

 

 

Et effectivement « La  France »  avait Instauré au MAROC

 Un  « Système d’Instruction Publique » ,

 

« Généralisé » pour les Ressortissants Français

« Sélectif »  pour un Nombre Restraint

de « Jeunes Marocains » .

 

 

Il y avait les « Lycées Français »

Qui Préparaient au  « BAC » Complet .

 

Il y avait les « Collèges Marocains »

Qui Préparaient à la « 1ère Partie du BAC »

 SEULEMENT  ! .

 

 

Le « Jeune Marocain »  qui Souhaitait Poursuivre

des Etudes plus  « Approfondies »

Devait Impérativement s’Inscrire

dans un «  Lycée Français » .

 

 

C’était là une « Façon Élégante »

De « Freiner » les Jeunes Marocains dans leur « Elan »

 Vers l’Accession  à des « Etudes Supérieures »

et à l’Acquisition Avancée de la « Science Moderne »

et de la « Connaissance de l’Homme » .

 

 

Ma « 2ème Partie » du Baccalauréat Math-Elem ,

 Je l’ai Passée au « Lycée Saint-Aulaire » ,

Un « Etablissement Français de Tanger » .

 

 

 

     

 

 

 

 

 

Mais Nous Sommes déjà en « OCTOBRE – 1953 »

Et c’est la « Rentrée Scolaire » :

 

« ECOLE FRANCO - MUSULMANE »

 de « TETOUAN »

 

 

 

Abdeslam BOUZIANE

 

Est Fier de son Année à l’Ecole Normale de AÏN SEBAA ,

Fier de l’Obtention de son Certificat d’Aptitude PEDAGOGIQUE  - CAP ,

Fier de son Classement dans le Cadre Général

De l’Instruction Publique Marocaine .

 

 

Abdeslam BOUZIANE était un Homme

« HEUREUX » :

 

Son « Traitement Mensuel » d’Instituteur ,

Entre « Douze à Treize Mille » PESETAS ,

                                           

Faisait de LUI un Membre Honorable

 De Cette « BOURGEOISIE » Tétouanaise  ,

 

Où le Salaire des Grands « Fontionnaires »

De la « Zone Espagnole » ne Dépassait Pas 4.000 Pts

 

 

Son « TAILLEUR » , un Véritable Artiste ,

Originaire de Tchécoslovaquie ,

Habillait toujours et sur Mesure , Abdeslam BOUZIANE ,

Pour en Faire une Personne Agréable  et à la MODE  .

 

 

 

Abdeslam BOUZIANE ,

Pendant son Séjour d’Instituteur à TETOUAN ,

A Pu s’Acheter à « CREDIT » ,

Deux Voitures NEUVES :

 

Une « AUSTINE  A - 30 »

Puis une « SIMCA ARONDE – 55 »

 

 

 

 

C’était Là des ANNEES de « GLOIRE » , de « BONHEUR » ,

 

Et d’un Haut Rendement « PROFESSIONNEL » ,

Dans une « INSTRUCTION PUBLIQUE »

Marocaine « En Marche » !

 

 

 

Abdeslam BOUZIANE

 

Est Maintenant un « NORMALIEN » Confirmé ,

Titulaire d’un Certificat d’Aptitude Pédagogique « CAP » ,

 

Ce qui « LUI » Donne le « Droit de Réfléchir »

Sur les « PROGRAMMES » Etablis

Par la « Direction de l’Instruction PUBLIQUE » ,

 

Et très Spécifiquement ,

 Apporter une Variante Positive ,

 

A l’Enseignement du « Langage »

 dans Nos « Ecoles Publiques » .

 

 

 

 

En Fait l’Occasion Allait Lui Etre Offerte,

Pour qu’Officiellement,

 

 

 

Et devant « Monsieur ARMAND » ,

Inspecteur de l’Instruction Publique ,

 

Une Personnalité Responsable,

à l’Esprit Ouvert et au Jugement Intègre.

 

 

Il Allait Avoir la Chance de Présenter Demain 

« Sa Leçon de Langage » ,

 

A Sa Manière , et le Plus Clairement Possible,

Devant Tous Ses ELEVES

Du Cours Elémentaire 2ème Année.

 

 

 

Monsieur « ARMAND » ,

L’Inspecteur de l’Instruction Primaire ,

 

Etait assis au Fond de la Classe ,

Face au Tableau Noir et au Bureau du Maître :

 

Il Prenait des Notes.

 

 

 

 

« Ma Leçon de Langage,

« Je l’avais Préparée la Veille :

 

 

Une Feuille de Papier Consonne Blanche,

 Grand Format,

 

Sur laquelle J’avais « DESSINE » Moi-même,

au « Fusain » Noir,

 

Une Scène de la Vie Marocaine de tous les Jours.

 

 

 

Pour la Visite de Monsieur Armand,

J’avais choisi le « Four Publique » , le « Farrane »

Où toutes les Familles du Voisinage

Faisaient Cuire « Leur Pain » .

 

 Un Pain Pétri à la Maison , Façonné à la Maison

et Poinçonné par chaque Famille

 Pour être Reconnu .

 

Au centre de notre « Tableau » du Jour

 Il y avait le « Fournil » ,

Puis il y avait le « Patron du Four » ,

 Que l’on Appelait « El Maalam del Farrane » ,

 

Et puis il y avait ce Petit Personnage ,

Essentiel et Indissociable de la Vie  du Four ,

le « Mitron » ,

 

Un tout Jeune Gamin  que l’on Appelait « Terrah »

Et qui Transportait le Pain Cuit ,

Vers les Maisons des Clients du Quartier .

 

 

 

Ma « Leçon de Langage » avait pour objet

de « Faire Parler » les Elèves ,

 

En leur Posant Moi-même des Questions Ciblées ,

Exprimées dans un Vocabulaire à leur Portée ,

 

Et qui me Permettrait de « Soustraire »

 De Chacun des  Elèves une « Réponse » ,

 

Libellée dans un Français Clair  ,

le plus Correct Possible ,

 

Et Décrivant au Mieux le Thème

de Notre « Tableau » du Jour ,

 

 

 

Cette « Leçon de Langage » ,

à la BOUZIANE ,

Avait « Deux » Objectifs :

 

La « CONVERSATION » en Langue Française .

L’Apprentissage de la « REDACTION  » Française :

 

Chaque Réponse d’Elève, Jugée Satisfaisante,

Etait Inscrite au « Tableau Noir » 

 

Et Devenait un « PARAGRAPHE »

de « Notre Rédaction ».

 

 

 

« Monsieur Armand »

 

 Assista à Chacune de mes Leçons

En Classe de CE-2   .

 

Et à la fin de la Journée il me « SALUA » ,

Avec pour UNIQUE Commentaire :

 

 

« Au Revoir Bouziane,

« CONTINUEZ ! …

 

 

 

 

 

 

Tout au long de l’Année ,

 

Monsieur Armand était Revenu en Inspection

 à l’Ecole « Franco - Musulmane »

de Tétouan ,

 

Mais il n’avait plus Jamais Estimé Nécessaire

d’Inspecter la Classe du CE-2 .

 

 

Monsieur Dufour ,

Le Directeur de l’Ecole ,

Me Dira un Jour :

 

«  Il Sait ce que Vous Faites ,

«  Et de plus , je Suis là pour en Parler »

 

 

 

 

A TETOUAN ,

 

 

 

 Notre Ecole « Franco- Musulmane » ,

 

Qualifiée aussi  d’Ecole « FRANCAISE » ,

 

Avait Réussi, avec le Temps , à se Bâtir

 

 

Une Excellente « Renommée Educationnelle »

 

Dans la Société Marocaine de l’Epoque :

 

 

 

Son programme d’Enseignement « BILINGUE »

 

 et la QUALITE de ses « Enseignants » ,

 

Choisis Parmi les Meilleurs,

 

 

Avaient Conduit Nombre de Parents Marocains,

 

Dits , « NATIONALISTES » ,

 

A Vouloir Inscrire leurs ENFANTS

 

A Notre  « ECOLE » ,

 

Qualifiée d’ ETABLISSEMENT « FRANCAIS » .

 

 

 

 

 

 

 

 

Les « ELEVES » de ma CLASSE de CE- 2 ,

 

 

En Octobre 1953 ,

 

 

 

 

 Avaient pour Noms :

 

 

TORRES , KHALLADI ,

IMRANE , BENNANI , BEN SEFFAJ ,

CHAOUDRI , CHERQUAOUI , DELLERO …

 

 

 

C’étaient en Majorité, de très Bons Elèves,

Calmes, Studieux et Disciplinés.

 

 

 

On avait l’impression que leurs PARENTS,

Avant de les Inscrire à l’Ecole, 

Leur Avaient Fait la « LECON » Suivante :

 

 

 

Le « VRAI NATIONALISME »

 

Commence d’abord par

l’Acquisition de la  « CONNAISSANCE»  .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ECOLE « FRANCO-MUSULMANE »

 

 TETOUAN

 

Classe du Cours Elémentaire 2ème Année

 

« ANNEE – 1953 »

 

Maître de Classe : Mr. BOUZIANE

Effectif Elèves :    Une Vingtaine

 

 

 

 

 

QUE SONT-ILS DEVENUS

Tous ces « ELEVES » d’Hier  ?

 

 

 

CHERKAOUI Abdelmalek : Diplomate , Ambassadeur

KHALLADI Abdelkader : Médecin Dermatologue

KAROUNI Abdelmalek : Médecin Pneumo.

TORJMAN : Ministère des Travaux Publiques

BENCHEFFAJ : Peintre de Renommée Internationale

BENNANI : Peintre de Renommée Internation

 

 

 

TORRES : Chef 3ème Bureau EMG/FAR – Colonel

AFFAILAL : Officier Mécanicien  EMA/FRA – Col-Maj.

IMRANE :  Officier Mécanicien EMA/FRA – Col.

 

CHAOUDRI : Officier comptable FRA – Capitaine

BENSBIH : Officier d’Administration FRA – Capitaine….

 

 

 

 

 

Les Jours Passaient,

 les Mois Passaient,

et Notre « ECOLE » Gagnait

En Renommée et en Considération.

 

 

 

 

 

Un Jour , Monsieur Dufour ,

 Notre Directeur ,

 

Nous appela Monsieur Mei , Rabazzani

et Moi –même , dans son Bureau ,

Pour Nous Expliquer qu’il avait Reçu de Nombreuses Lettres

de Personnes de Nationalité Marocaine

et Espagnole,

 

 

Qui lui Demandaient de Bien Vouloir

Procéder à l’Ouverture,

à l’Ecole « Franco – Musulmane »

de Tétouan ,

 

D’un « COURS du SOIR »

Pour « ADULTES » ,

 

Ayant pour objet l’Apprentissage

 et le Perfectionnement

 

De la « LANGUE FRANCAISE » .

 

 

 

 

Nous en Parlâmes entre Nous

et Nous arrivâmes à la Conclusion

Qu’un tel « Cours pour Adultes »

 

Serait Bénéfique pour l’Ecole elle-même d’abord,

Qui était comme en Situation  Extra « Territoriale »

 en Zone Espagnole.

 

 

 

Et de plus,

 

Ce Cours Initierait un Meilleur

Brassage Intellectuel

 

Entre la Population de la Ville,

Marocaine et Espagnole ,

 

et « les Cadres Enseignants de l’Ecole » .

 

 

 

 

Monsieur Dufour,

 

 Après en avoir Référé à l’Inspection

de l’Enseignement Primaire à Tanger,

 

Décida d’Ouvrir « TROIS » Salles de Classe

Pour l’Enseignement  du Français

 à l’Attention des « ADULTES » :

 

Un Cours ( I ) , pour Débutants .

Un Cours ( II ) , pour Avancés .

Un Cours ( III ) , de Perfectionnement .

 

Deux Jours par Semaine :    

Le Mardi et le Jeudi.

 

Horaire des Classes :           

De 18.00 à 19.30.

 

Effectif par Classe :  15 Elèves .

 

 

 

 

 

C’Etait Cela Notre « NATIONALISME »

A Nous les MAROCAINS ,

Etablis en ZONE ESPAGNOLE .

 

Il Fallait « DEMONTRER » à Tout un Chacun,

Que Nous Etions les « MEILLEURS »

 

 

 

 

Monsieur le Directeur

 Me confia la « Responsabilité »

 

De la Mise en Œuvre

de la Classe de « PERFECTIONNEMENT» .

 

 

J’avais à Définir Moi-même

Mon Programme d’Enseignement,

 

Qui Comporta de la Lecture à Haute Voix

de Textes Choisis,

 

de la Grammaire Française

et de l’Orthographe

 

Et enfin de la « Conversation »

 Inter Groupes

 

Qui avait pour But d’Animer

 la Spontanéité du Cour .

 

 

 

 

Parmi la Quinzaine d’Elèves

 

Enregistrés le Premier Soir à ce Cours

de Perfectionnement du Français

pour « Adultes » ,

 

il y avait une Dizaine de Marocains ,

Tous des Hommes ,

 

Et Cinq Espagnols  , dont Trois Hommes

et Deux très Belles Jeunes Filles

aux Cheveux Blonds :

 

« SOLEDAD et ADELA »

 

              

 

 

SOLEDAD

Etait la Fille d’un Colonel

de l’Armée Espagnole,

 

 ADELA

Etait la Nièce d’un Bourgeois Espagnol,

« Business Man » ,

Etabli à Tétouan depuis un Certain Temps.

 

 

 

 

A la Fin des Cours ,

Vers 07.30 du soir ,

 

 

Nous Quittions Tous Ensemble l’Ecole ,

Elèves et « Professeurs » ,

 

Et Remontions « à Pieds »

Les Ruelles Etroites de « la Médina » ,

 

 Pour Rejoindre le Centre Ville

 

Et l’Avenue du « Général Franco » ,

 

Rue Piétonnière de la « CAPITALE »

 

 

 

Nous Entamions Alors

Le « PASSEO » Institutionnel :

 

Celui des « Intelos - Politicards »

pour beaucoup,

 

Celui de « Los Enamorados »

 pour un petit nombre.

 

 

 

Cette PROMENADE des Mardis Soir

et des Jeudis Soir

 

 

Avait Eclairé les « Jours Bienheureux » 

de Mes Jeunes Années à « Tétouan » ,

 En 1953,  54 , et 55 ,

 

Associé à mes Elèves du Cours de Perfectionnement

en Langue Française,

 

 Et tout Particulièrement à Mesdemoiselles

 

SOLEDAD et ADELA ,

 

 

Qui Toutes Deux , à l’Epoque ,

Avaient Mon Âge .

 

 

 

Je Sentais que Cette

 

« Carrière dans l’Enseignement »

 

Que Je Venais de Débuter,

 

Etait en Fait « Celle »

Qui me Convenait le Mieux .

 

 

 

 

 

 

 

Cadres Enseignant de l’Ecole

« Franco – Musulmane » de TETOUAN

 

 

 

 

Cette PROMENADE

 

Des « Mardis Soir et des Jeudis Soir » ,

dans un Milieux Culturel et Social Varié ,

M’avait permis de Réaliser Que :

 

 

J’étais « Capable et Heureux »

de Pouvoir Comprendre, Aider et Servir

 les « ENFANTS de mon PAYS » .

 

 

J’étais aussi très « Fier »

 D’avoir Su Faire Montre d’Aisance

et de « Know How » ,

 

 

 Pour Dispenser à des Elèves « Adultes » comme Moi,

Marocains et Espagnols,

Le Maigre Savoir que Je Détenais :

 

 

Pour mes Grands Elèves ,

 

J’étais Devenu :

 

« EL PROFESSOR ».

 

 

 

 

 

 

Toutes ces « Années Heureuses »

à TETOUAN,

 

 

Conjuguées aux « Attentes »

 De Tout un « PEUPLE »  ,

Dont J’étais Partie Intégrante,

 

Priant pour :

 

Le RETOUR Prochain

de son « ROI »

et  l’ « INDEPENDANCE » du Pays  ,

 

 

 

Toutes Ces Années là :

Nous les Avions Vécues à Tétouan,

 

 

Avec « DIGNITE » et une Immense

 

« ESPERANCE en l’AVENIR » .

 

 

 

 

 

 

 

Le « MIRACLE » du 16 NOVEMBRE 1955

 

 

 

Et puis le « MIRACLE » Arriva ,

Un « 16 Novembre 1955 » .

 

 

 

Ce jour là il y avait une Foule

Incommensurable,

 

Des Dizaines de Milliers d’Hommes,

de Femmes et d’Enfants,

 

Qui s’étaient Déversés sur l’Aéroport

de Rabat – Salé ,

Et qui « ATTENDAIENT »

 

 

 

Et puis voilà que Soudain , là ,

 dans les Airs ,

 

Apparut un Magnifique et Elégant

Avion de Transport ,

 

Un « Super Constellation » ,

 un Quadrimoteur ,

 

Escorté par quatre Avions de Chasse

de l’Armée de l’Air Française .

 

 

 

Le « Super Constellation »

 

Qui fit un Passage à Faible Vitesse

et à très Basse Altitude ,

 

Au dessus de cette Foule d’Hommes ,

de Femmes et d’Enfants ,

 

 Qui Levaient leurs Bras Vers le Ciel ,

Agitaient leurs Mains ,

 

Criaient leur Joie et Scandaient le Nom

de CELUI qui était Revenu au PAYS ,

 

 

Pour lui Rendre

Son « UNITE et sa FIERTE » .

 

 

 

Le « Super Constellation »

 

 

 

S’arrêta sur le Parking de

 L’Aéroport de SALE .

 

 

 

Quand les Moteurs se Turent ,

Que la Rampe de Débarquement

Fut Mise en Place

 Et que la Porte Passagers  S’Ouvrit ,

 

 

 

Alors , et Alors Seulement ,

Vit– on Sortir de l’Avion :

 

Cet « HOMME »

VENERE de Tout un PEUPLE ,

 

Cet HOMME dont l’Image Avait Voyagé

 Pour Aller Embrasser la Planète « LUNE » ,

 

Cet HOMME qui était Devenu le Symbole

du COURAGE , de la PERSEVERENCE,

de la DROITURE et de l’INTEGRITE

de « TOUTE une  NATION »  .

 

 

 

 

Cet HOMME,

 

C’était Le Sultan

 “Sidi  Mohammed BEN YOUSSEF ” ,

 

 

Aujourd’hui ,

 

 

« MOHAMMED V » ,

 ROI , d’un MAROC “ INDEPENDENT ” .

 

 

 

 

 

Puis Suivaient les Princes

et les Princesses :

 

SAR Le Prince Moulay EL HASSAN ,

SAR Le Prince Moulay ABDALLAH ,

SAR La Princesse Lalla AÏCHA …

 

 

 

Quand le 8 Avril 1947 ,

 

Sa Majesté Le Sultan

Sidi MOHAMMED BEN YOUSSEF

 

Entama son Voyage Unificateur

du MAROC ,

Et Arriva par « TRAIN »

à la Gare Ferroviaire de TANGER ,

 

Abderrahman ANEGAÏ était Présent .

 

 

 

Et quand le Lendemain,

 « 9 Avril 1947 » ,

 

Le Sultan Prononça son « Discours

Mémorable » à la MENDOUBIA ,

 

Faisant Volontairement Abstraction

de Mentionner

Le Nom de la FRANCE ,

 

Abderrahman ANEGAÏ était encore Présent .

 

 

 

 

 

Nommé

 

« Directeur Général du Cabinet Royal » ,

 

En Novembre 1955  ,

 

Abderrahman ANEGAÏ 

 

Porta à la Connaissance de

« S.M. Le ROI MOHAMMED V » :

 

Que le « CORPS ENSEIGNANT »

Des « Ecoles Primaires »

 

De la Zone Internationale  de Tanger

et Celles de la Zone Nord du Maroc

(Tétouan , Larache et Al Kassar Kébir ) ,

 

Souhaitait Pouvoir Venir à Rabat ,

Et Renouveler leur « AMOUR »

 à S.M. Le ROI .

 

 

«  Ils sont les BIENVENUS ! »

 Lui Fut-il Répondu.

 

 

 

 

 

Le Samedi Matin de ce Nième Jour

du Mois de Novembre de l’Année 1955 ,

Fut la Date Arrêtée par le

Protocole Royal ,

 

 

Pour Notre RENCONTRE ,

Exceptionnelle et Mémorable,

avec « S.M. Le Roi MOHAMMED V » .

 

 

 

Ce Samedi Matin Là ,

S.E. Monsieur Hadj Ahmed BENNANI

Directeur du Protocole Royal ,

Nous Invita « TOUS »

 

à Entrer au PALAIS des TOUAGAS .

Dans la Grande Cour

Et l’Esplanade Intérieure .

 

Il Nous avait été Demandé Nous Grouper

par « Ecoles Régionales » ,

 

Afin de Permettre à S.M. Le ROI

De Mieux Nous Positionner

Dans l’Echiquier National .

 

 

 

 

Et Puis Voilà Venu

Le Moment Tant Attendu :

 

 

S.M. Le ROI MOHAMMED V

Se Présenta Devant Nous,

 

 

Drapé de Sa Djellaba en Feutre Gris

Et Coiffé de son Traditionnel

Chapeau à la « Nehru » ,

 

Qui allait Rester Attaché à Jamais

à la Personne de Notre ROI.

 

 

 

Sa Majesté était  Accompagnée

de SAR Le Prince Héritier

Moulay EL HASSAN,

 

 

 De S.E. Mr . Abderrahman ANEGAÏ,

Directeur Général du Cabinet Royal ,

 

Et de S.E. Hadj Ahmed BENNANI,

 Directeur du Protocole Royal .

 

 

 

Les Présentations Officielles

Par « Ecoles Régionales» ,

N’avaient pas encore Débuté,

 

 

Que Déjà les « Jeunes FEMMES »,

Directrices d’Etablissements

ou Institutrices d’Ecole,

 

 

S’avancèrent d’Elles - Mêmes

Vers Sa Majesté Le ROI,

Heureuses et Ravies :

 

 

Elles Embrassèrent

La « MAIN BENIE » de « CELUI »

Qui Venait de Rendre

 

La « LIBERTE et l’ UNITE »

A Tout un « PEUPLE » .

 

 

 

 

 

 

PALAIS ROYAL – RABAT

Novembre 1955

 

 

 

 

Abdeslam BOUZIANE –

« INSTITUTEUR » – Cadre Général

ECOLE « Franco – Musulmane » -

 TETOUAN

 

Mme Jeanine HADJ NASSAR

Epouse de mon Cousin Germain ,

Abdellah HADJ NASSAR

 

Hénia DOUKKALI

Epouse de Feu Driss EL FELLAH –

Gouverneur de TANGER

 

Mme Mina ABDULLAH

« DIRECTRICE d’ ECOLE » à TANGER –

Ma Cousine par ALLIANCE .

 

 

 

Sa Majesté le ROI S’approcha de Nous,

Se Mêla à Notre Groupe

 

Où Nous Voulions tous La Saluer

et Lui Embrasser la Main .

 

 

« ELLE »  Se Prêta Volontiers

à une « Séance PHOTOS »

 

Avec chacun des Groupes d’Ecoles Régionales .

 

 

 

 

La Merveilleuse « PHOTO »

 

Dont nous Avait Honoré Sa Majesté

Le ROI MOHAMMED V ,

En Novembre 1955 ,

dans l’Enceinte du Palais Royal  a ,

 

 Aujourd’hui Encore ,

 Une Place Privilégiée

Dans Mon Bureau Personnel

à RABAT .

 

 

J’y retrouve des Amis d’Enfance

Ou des Collègues qui Nous

Ont Quitté ,

Il y a Quelques Années,

 

Tels  Larbi El Ouriaghli ,

Si Mohammed Ragala

ou le Professeur Ahmed Ghzenaï .

 

 

 

De Retour à Tétouan,

 

 

Nous ne Parlions plus

 Que de « Rabat » ,

du « Palais Royal »,

 

Et de Sa Majesté

« Le ROI MOHAMMED V » .

 

 

 

Au Lendemain

 

de l’Indépendance de Mon PAYS ,

 

J’avais Eté « Un » des Premiers

 « INSTITUTEURS »

 

de la Zone Nord , à Adhérer à l’ « UMT » ,

( Syndicat Autonome Marocain ) .

 

 

 

Carte « UMT » de Syndicaliste N° 64

 

 

 

 

 

Et Puis les Réalités

de la Vie ,

 

Principalement dans le Domaine de

 

 « l’ENSEIGNEMENT » ,

 

Commencèrent à

 

Nous « INQUIETER » ,

 

 

Dès que Notre Nouveau

Premier Ministre ,

 

  S.E. Monsieur M’Barek BEKKAÏ ,

Constitua son Premier Gouvernement ,

 

Et Confia la Responsabilité

du Ministère de 

 

L’ « EDUCATION NATIONALE »

 

 A un Grand Nationaliste Marocain,

Une Sommité de la « CULTURE ARABE »

 

 

 

 

Feu S. M. Le Roi MOHAMMED V

 

 

 

 

 

S.E. Mohamed EL FASSI

 

 

On commença alors à Parler

de « l’Arabisation » de l’Enseignement.

 

On commença alors à Parler

de « Formation Accélérée »

En Arabe des « Cadres Enseignant » .

 

On commença alors à Parler

de Nouveaux Textes Scolaires en Arabe ;

 à Publier ou à Acheter .

 

 

 

 

Tout cela était très « Intéressant »

à Discuter, mais …

 

 

Mais mon « Intime Conviction » , en 1956 ,

Me disait que je n’étais pas  Prêt

 

 Pour ce Genre de Changement Spontané ,

Radical et Non Réfléchi …

 

 

 

 

 

 

 

L’APPEL du 14 MAI 1956

 

 

Alors , J’Attendais …

 

 

Et Puis, au Printemps

De Cette Même Année 1956,

 

Un « APPEL SOLENNEL »  M’inspira,

 

 

 

L’ Appel du « 14 Mai 1956 » ,

APPEL de S.M. Le ROI MOHAMMED V ,

 

A l’Attention de

 

La « JEUNESSE MAROCAINE » ,

 

L’Exhortant de se Joindre à « LUI » pour « CREER » :

 

L’ « ARMEE ROYALE NATIONALE »  .

 

 

 

 

 

J’ai Répondu à :

 

 

 

 Cet « APPEL » , 

Un 1er Premier Juillet 1956 .

 

 

 

 

                                     

 

 

 

E.O. Abdeslam BOUZIANE ( 1956 )

 

 

 

 

 

 

      

 

 

 

 

Le Lieutenant Abdeslam BOUZIANE

Embrasse la Main

 

 De Feu « S.M. Le Roi MOHAMMED V »

( RABAT - Décembre 1960 )

 

 

 

 

 

BASE AERIENNE de « SALE »

( 26  Février 1961 )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Feu S.M. Le Roi HASSAN II

 

BAIE DE TANGER -  Eté  1962

( A Bord du « RIVA » )

 

 

 

 

 

FORCES ROYALES AIR -  « FRA »

 

( 14 MAI 1964 )

 

 

ERA / BEFRA – MARRAKECH

 

 

 

Feu S.A.R. Le Prince Moulay ABDALLAH

 

 

 

Un « RECORD »

En Heures de VOL « AVIONS ECOLE »

 

 

 

Colonel Abdeslam BOUZIANE

CHEF de la « DIVISION ECOLES »

EMA / FRA

( 1990  -  1995 )

 

 

 

PARIS – Juin 1992

 

Commission Mixte : Maroc / France

 

Selection « COOPERANTS » Français en Vue ,

Création « CLASSES PREPARATOIRES » à l’ERA

 

Deux ( 2 ) Classes de MATH / SUP  -

26 Elèves Chacune ,

 

Une ( 1 ) Classe de MATH / SPE –

Trente Six ( 36 ) Elèves )

 

ECOLE ROYALE de l’AIR ( ERA )

MARRAKECH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PENSEE UNIVERSELLE

 

 

 

 

 

 

«  Les DÉVELOPPEMENTS »

 

 

« Le BIEN et le MAL ne sauraient être Confondus.

 

« Réponds  au MAL par le BIEN .

 

 

 

« Ton ENNEMI deviendrait bien vite

 

« Ton MEILLEUR  SOUTIEN.

 

 

 

« Une telle GRANDEUR d’ÂME

 

« Est le Privilège des PERSÉVÉRANTS

 

« de CEUX qu’a Touchés une  GRÂCE  INFINIE .

 

 

 

 

  

Accueil